• Recherche famille d'accueil pour une jument de 6 ans :

    Qualie

     

    Fiche d'identité :

    Nom : Qualie Miag

    Race : Trotteur Français

    Origines : Plein Papiers

    Sexe : Femelle

    Age : 6 ans

    Robe : baie

    Taille : environ 1 m 65

    Pucé : oui

    Vacciné : non

    Débourrer : non (mais pré debourrage complet et a déjà eu un cavalier au pas)

     

    Actuellement elle n'a ni soins, ni abris et ni nourriture

     

    Elle risque de mourrir de faim ou d'être envoyé à la boucherie...

     

    Il lui faudrait une personne qui pratique l'éthologie, qui a de la patience et beaucoup d'amour...

     

    Si vous êtes intéressé, veuillez contacter :

    Mlle SIRERA Claire

    Tèl : 06 34 23 24 68

    Mail : equi-feel37@hotmail.fr

    Site : cliquer ici

     

    A diffuser largement MERCI !

     


    7 commentaires
  • Je suis allée rendre visite aux pensionnaires de l'asso ce samedi 17 Décembre 2010...

     

    Arrivée à la petite ferme, dans le chemin :

    PC180036

    juste le temps de prendre quelques photos des pensionnaires...

    PC180033

    PC180038

    PC180050

    PC180051

    avant que la tempête de neige fasse son apparition :

    PC180049

    en repartant de la petite ferme, sur la route vers 18H :

    PC180055

    PC180061

    20 cm de neige sont tombé !

    (laëtitia)


    16 commentaires
  • L’estomac est petit et ne peut contenir que 10 à 18 litres d’aliments. Son volume est susceptible de s’élever légèrement par adaptation à des régimes encombrants. Il ne se remplit qu’aux deux tiers, donc une capacité réelle de 6 à 12 litres. Il ne faut pas oublier que les aliments sont en plus mélangés à la salive ou lors de la distribution « mouillée » à de l’eau + salive. Il se vidange au fur et à mesure de la consommation des aliments.

     

    Les repas doivent donc être nombreux et peu volumineux, afin d’éviter :

    - la vidange sans digestion préalable dans l’estomac vers le duodénum.

    - des périodes longues où l’estomac sera vide, car il subira alors une montée progressive de l’acidité, que la salive ne neutralisera pas.

     

    L’estomac voit passer 25% de son contenu en ½ heures et les deux tiers en une heure. Le dernier tiers peut y séjourner 5 à 6 heures si le cheval n’ingère plus rien. La digestion gastrique ne se fait donc, que sur la dernière fraction d’un repas, c'est-à-dire sur environ 2 à 4 litres. Au bout de 12 heures, si le cheval n’a toujours rien mangé, il ne restera dans l’estomac que 2%. A savoir que 75% des liquides sont évacués en ½ heure après leur ingestion.

     

    Le volume de la sécrétion gastrique est peu important et à cause d’un pH peu acide, donc peu stérilisant, il existe une flore microbienne intrastomacale.

    gifjim

    Comportement alimentaire et rôle de l’alimentation du cheval

     

    En liberté, un cheval environ 12 heures à se nourrir (réparties sur 24h), soit environ 75% de la journée et 50% de la nuit. Il peut ingérer 60 à 80 kg d’herbe jeune.

    Pour les chevaux à l’écurie, on sert habituellement 3 repas :

    - le matin : normal

    - en milieu de journée : un petit

    - le soir : le plus gros

     

    Pour les chevaux sur une litière autre que de la paille, il se pose le problème de l’ennui, puisqu’en liberté le cheval passe 12 heures à se nourrir et à rechercher sa nourriture sur ces 24 heures. Le cheval n’est pas un animal que l’on peut enfermer 22 heures par jour au box, sans avoir en tête que cela ne modifiera en rien son comportement psychologique et neurovégétatif. Il peut donc avoir des manifestations diverses et très variées résultant de ces troubles comportementaux alimentaires.

    Si le cheval reste la plupart du temps dans son box, le priver de paille sous prétexte qu’il fait des coliques (lorsque la paille est ingérée en trop grande quantité) peut provoquer de la nervosité et de l’agitation car, comme nous l’avons vu plus haut, son comportement alimentaire reste innée. Le fait de manger de la paille l’occupe, il trompe ainsi l’ennui.

     

    Ses facultés digestives

     

    Il convient de ne pas varier brutalement la nature des aliments. La distribution d’un mash riche en glucides va développer l’activité microbienne, donc la fermentation, et produire des coliques de fermentation avec production excessive de gaz.

    Si le cheval est au pré, il faut se méfier des pâtures pauvres et des distributions soudaines de granulés ou de concentrés qui entraînent stress, absorption rapide et risque d’engouement oesophagien ou de coliques de surcharge. La digestion de l’herbe est très rapide.

    En moyenne, le cheval absorbe 1 kg de foin en 20 à 60 minutes. Un cheval de 500kg ne peut ingérer que 12 kg de foin.

     

    La digestibilité est très variable selon les individus. Elle dépend également du taux et de la nature de la cellulose ingérée car la plupart des aliments sont enfermés dans des enveloppes cellulosiques qui doivent être rompues durant la digestion.

    Si la mastication est insuffisante (cheval glouton), une mauvaise dentition, ou des organes digestifs fatigués (par des rations trop fortes, trop importantes, vieux cheval ou les organes digestifs ne fonctionnent plus aussi bien), tout cela influencera la qualité de la digestion de la ration.

     

    Son utilisation

    Le cheval est facilement sujet à la suralimentation. Il a besoin d’une alimentation équilibrée et adaptée à ses besoins : entretien, travail, gestation, lactation et croissance.

    Chaque cheval a sa propre manière de se nourrir, il convient de la connaître et de s’y adapter, non le contraire.

     

    Son psychisme

    Le cheval est un animal inquiet, hyper nerveux, toujours sur le qui-vive et très sensible au stress. La fonction « moral/mental » aura un impact sur l’assimilation de la ration.

     

    La qualité et la bonne conservation des aliments

    Les grains s’ils sont stockés dans des silos, il existe des risques de développement de moisissures ou de germes anaérobies. Il est donc recommandé de faire un stockage à plat.

    Lorsqu’ils sont aplatis, la qualité de l’écrasement est importante, car une céréale aplatie peut se transformer en farine et provoquer des gastrites.

     

    La propreté de son abreuvoir et de sa mangeoire

     

    Conseils :

    - une ambiance calme lors des repas

    - des changements progressifs lors d’augmentation d’une ration ou de rajout d’un aliment

    - le fractionnement de la ration

    - la régularité des repas en gardant une certaine souplesse dans les horaires. Le cheval ne doit pas attendre son repas à la minute près.

     

    Il est préférable de servir un repas minimum deux heures avant un travail ou un transport et de ne jamais donner la ration au cheval juste après le travail. La fragilité générale de l’appareil digestif est liée à la faible capacité de l’estomac et à la courbature accentuée du grand colon qui limite l’absorption des rations en quantités.

     

    Il faut respecter l’ordre : eau, fourrages et ration

    MO FOIN

     

    Le rôle de l’alimentation est d’assurer l’apport de l’énergie nécessaire à l’entretien de l’organisme. L’ensemble des rations de la journée doit couvrir les besoins suivants :

    Rations =

    - moins l’énergie des pertes dans les crottins

    - moins l’énergie des pertes dans les urines

    - moins l’énergie des pertes dues au fait de se nourrir

    - moins l’énergie des pertes dues à la lutte contre le froid ou la chaleur

    - moins l’énergie des pertes pour l’entretien de l’organisme

    - moins l’énergie des pertes dues aux déplacements

    - moins l’énergie des pertes dues à la production : travail, gestation, lactation, croissance,

      monte (étalon)

    - et le reste prise de poids

     

    Un manque d’équilibre peut provoquer un excès, une insuffisance, un gaspillage ou, le cheval peut aussi paraître en état et être en mauvaise condition.

    Toute formule n’étant en fait qu’une base de travail –chaque cheval reste unique.

     

    Un vieux dicton dit : « c’est l’œil du maître qui engraisse le cheval »

     

    Dans la pratique de l’alimentation, la ration doit être ajustée expérimentalement à chaque individu à partir de calculs théoriques puis réajustés selon les besoins particuliers de chaque cheval.

    Il peut y avoir des variations importantes entre deux chevaux de même poids. Pour un même poids vifs, certains chevaux s’entretiennent facilement et d’autres demanderont une ration plus poussée par rapport aux « normes » (stress, assimilation moins bonne pour diverses raisons,…)

    Il faut également avoir en tête, qu’il ne sert à rien de « forcer » sur la quantité des aliments d’une ration. Tôt ou tard, le cheval pourrait être amené à développer :

    - des coliques

    - des brûlures des intestins, donc il ne profitera plus et maigrira

    - des ulcères

    - un cheval trop « chaud », « speed »…pas calme en d’autres mots.

     

    A propos des suppléments nutritionnels

    Beaucoup d’entre nous arrivent à croire que le cheval ne peut plus vivre sans CMV. (Complément, minéraux, vitamines). Il est en fait :

    - le cheval en liberté dans la nature trouve normalement ce dont il a besoin.

    - mais il ne vit plus dans la nature, nous sommes donc devenus responsables de sa santé.

    Il faut complémenter, mais pas à tort et à travers car cela peut également faire beaucoup de mal à l’organisme. Ses besoins en suppléments nutritionnels sont comme sa ration. Ils doivent être adaptés à chaque cheval, suivant ses besoins particuliers.

     

    La réalimentation

    La diète est indispensable dans le traitement des coliques. Avec de l’eau, s’il n’y a pas de reflux gastrique, ou sans eau s’il existe un reflux gastrique.

    Elle permet :

    - une régulation du transit

    - une baisse des excès soudains de transit

    - une normalisation de la flore intestinale

     

    Si elle est prolongée, il existe des risques d’iléus (obstruction de l’intestin). La reprise de l’alimentation est possible, s’il y a reprise du transit, si le cheval fait des crottins et s’il n’y a pas de reflux gastriques.


    5 commentaires
  • Vous n'avez pas le temps mais souhaitez vous investir auprès de nos animaux ?

    Ils ont besoin de vous...

    Nous ne fonctionnons que grâce à vos dons et votre générosité.

    MO NOEL

    Vous pouvez faire un don ponctuel qui permettra de nourrir, et soigner tous nos protégés:

     

    => Nous garantissons que les fonds collectés seront utilisés intégralement pour ces actions.

    => Pour faire un don, vous pouvez nous envoyer un courrier sur papier libre, en nous précisant votre nom, votre adresse, ainsi que le montant du don.

    Le chèque est à mettre à l'ordre de : LES SABOTS DE POUPOUTLAND et à adresser à l'adresse suivante:

     

    LES SABOTS DE POUPOUTLAND

    La Couperie

    28480 BEAUMONT LES AUTELS

     

    A réception, nous vous adresserons un certificat fiscal pour obtenir votre réduction fiscale.

     

    => En effet, 66 % de votre don est ainsi déductible de vos impôts dans la limite de 20 % de votre revenu imposable, le reçu fiscal faisant foi !

     

    Par exemple, si vous faites un don de 60 euros à l'association LES SABOTS DE POUPOUTLAND, 39.60 euros sont déduits de votre impôt et votre dépense réelle n'est que de 20.40 euros.

     

    Merci pour eux !

     

    ATTENTION : pour que votre don soit déductible sur les revenus 2010, il doit être fait Avant le 31 décembre 2010

     

    Article à diffuser 


    6 commentaires
  • Il y a plusieurs types d'obstacle lors d'un parcours :

     

    Les verticaux

    Les larges

    Les volées

    Les barres

    La barrière

    La haie barré

    Le mur

    L’oxer

    L’oxer polonais

     

    Le spa

    La rivière

    Le bidet

     

     

    nom obstacle1

     

    Les fanions servent à indiquer le sens dans lequel un obstacle doit être sauté.

    Les hommes de piste placent un fanion rouge à droite de chaque obstacle et un fanion blanc à gauche.

    Les numéros sont placés devant le chandelier de droite. Ils indiquent l'ordre dans lequel les obstacles doivent être sautés.

     

    nom obstacle

    Le vertical :

    Tout l'obstacle est construit selon un seul plan vertical. On peut aussi appeler ce type d'obstacle, un droit.

    Un mur est un obstacle entièrement constitué de pièces empilées de forme rectangulaire représentant des briques ou des pierres taillées.

    Un croisillon est un vertical composé de deux barres dont une extrémité repose sur le sol, formant ainsi une sorte de croix. Le croisillon est notamment utilisé pour éduquer les jeunes chevaux au saut d'obstacles, car la partie basse de la croix les incite à sauter au milieu de l'obstacle avec franchise.

    Un double croisillon est un croisillon installé a l'horisontale, soit sur 2 chandelles somme un oxer.

     

    L'oxer:

    L'oxer est un obstacle sur deux plans. La largeur peut-être plus importante que la hauteur. Pour sauter un oxer le cheval se rapproche de son pied (bas de l'obstacle) afin de couvrir toute la largeur. On dit qu'un cheval doit couvrir l'obstacle pour signifier qu'il doit s'étirer afin de bien sauter toute la largeur de l'oxer sans toucher.

     

    L'obstacle de volée (SPA) :

    Un obstacle de volée est construit sur plusieurs plans de différentes hauteurs. La barre la plus près de l'appel doit être plus basse et la barre la plus loin de l'appel doit être la plus haute.

     

    La rivière :

    La rivière est un obstacle redoutable à un petit niveau de compétition car les occasions d'entrainer les chevaux sur ce type d'obstacle sont rares pour un cavalier amateur. De plus, les rivières en dur sont de plus en plus rares car elles occupent une place fixe inexploitable pour autre chose dans une carrière d'exercice.

     

    Source : Wikipédia et Pour en savoir plus


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires