• La race est issue de croisements lointains entre des chevaux normands et des chevaux orientaux.

    Le percheron a toujours été un cheval de trait fort apprécié. Son succès est dû à sa puissance, mais aussi à sa beauté et à sa gentillesse.

    PERCHE

    En France, le vrai percheron est obligatoirement né et élevé dans le Perche. (Où nous sommes situés !!!) Ceux qui voient le jour et grandissent dans d’autres régions, sont inscrits dans des stud books particuliers. C’est dire à quel point les éleveurs veillent à la pureté de la race qui leur est chère.

     

    Durant des siècles, il a tiré de lourdes voitures de marchandises sur toutes les routes de France ainsi que des péniches le long des chemins de halage. Et jusqu’après la seconde guerre mondiale, il a été attelé à la charrue, à la herse, au rouleau ou à la faucheuse des cultivateurs. Qui voulait acheter un bon cheval de trait sur une foire commençait souvent par repérer les percheron en vente. Ceux-ci avaient en outre la réputation parfois vraie, parfois fausse de travailler jusqu’à un âge fort avancé.

     

    percheron charrueImage du net

     

    Le Percheron est connu et apprécié dans un grand nombre de pays. Ayant mis en place leurs propres élevages de percheron, Japonais, Américains et Anglais importent régulièrement des sujets originaires du berceau afin de conserver à la race ses qualités. Cela est fort important pour eux, car ils ne destinent pas leurs produits à la boucherie, comme c’est le cas pour trop de races de chevaux de trait. .

     

    - Au Japon, les percherons sont avant tout considérés comme des chevaux de course ! On les attelle à des traineaux pour qu’ils se mesurent dans des compétitions sur gazon. Ceux qui permet aux spectateurs d’engager des paris comme sur les hippodromes.

     

    percheron noirImage du net


    - Aux Etats-Unis, les premiers percherons ont été importés en 1839. Ils y ont suscité une très vive admiration. Et curieusement aujourd’hui, ils rivalisent parfois avec succès avec le tracteur ! Certains ranchers de l’Ouest leur font encore tirer des chariots ou d’antiques machines agricoles pour couper, récolter et transporter le foin. Pourquoi ? Selon un fan du cheval du Perche « 2 chevaux coutent moins à entretenir qu’un tracteur. Et en hiver, malgré les congères qui arrêteraient une machine agricole, ils tirent sans problème un chariot de fourrage destinés aux vaches vivant en liberté ».

     

    Le berceau de la race percheronne est une région de grasses prairies qui ignore les hivers rigoureux et les étés torrides. On pourrait donc penser que ce cheval, n’ayant jamais eu à lutter pour survivre, est d’un naturel mou. Il n’en est rien ! Pour en juger, il n’est que d’observer avec quelle énergie et quel courage il s’active aux brancards.

    percheron gris

    Image du net

    CARACTERISIQUE :

     

    - Sa tête au profil rectiligne, dotée d’yeux écartés et de naseaux bien ouverts. Sa forte encolure domine une avant main massive et une ample poitrine. Son corps ramassé, ses reins forts et sa croupe arrondie dénotent puissance et vigueur. Ses jambes, qui peuvent paraître moyennes par rapport à sa masse, sont sèches et musculeuses.

     

    - Sa taille varie de 1,52m à 1,70m.


    - Son poids : Jusqu'à une Tonne et +

     

    - Sa robe : le standard d’aujourd’hui n’admet que le noir et le gris.

     

    - Caractère : énergique, puissant, fort, intelligent, mais aussi docile et facile à manier.


    4 commentaires
  • L’ouïe :

     

    Les oreilles du cheval sont extrêmement mobiles, elles pivotent dans toutes les directions. Dès que le cheval entend un bruit, il oriente ses oreilles vers celui-ci et en général, si ce son l’intrigue, il va se tourner pour en identifier la source visuellement.

     

    Il entend à peu près les mêmes gammes de sons que nous mais il entend aussi des sons que nous ne sommes pas capables de percevoir : les ultrasons. Il reste tout de même moins performant que le chien. Ne soyez pas surpris si votre cheval sursaute en forêt sans que sachiez pourquoi, il a peut-être entendu un bruit imperceptible pour vous.

    poupouteJemy (photo d'archive)

     

    L’odorat :

     

    On ne sait pas grand-chose à ce sujet. Mais il est plus développé que le nôtre. Les étalons et même certains hongres, sont capables de reconnaitre à l’odeur une jument en chaleur.

    Quand un cheval est particulièrement intéressé par une odeur, il adopte la posture du flehmen.


    flehmen

     

    Il étend son encolure, retrousse sa lèvre supérieure en découvrant ses gencives, emprisonnant l’air dans sa cavité nasale. Il peut ainsi analyser la composition chimique de l’odeur grâce à un organe spécialisé, l’organe voméronasal ou organe de Jacobson, que l’homme ne possède pas. On l’observe souvent quand un étalon sent l’urine d’une jument en chaleur, mais les juments, les hongres et les poulains le font aussi.

     

    L’odorat sert aussi à la reconnaissance entre les individus. Les dépôts de crottins laissés par les mâles sont régulièrement flairés et recouverts par les crottins d’autres mâles. Comme pour marquer leurs territoires.

     

    Le goût :

     

    Le cheval est capable comme nous de distinguer l’amer, le sucré, le salé, l’acide. Tous les individus ne réagissent pas de la même façon aux différents goûts…


    pierre-sel


    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires