• Le triste sort des chevaux de courses…

    Alors qu’il semble chouchouté, le sort d’un cheval de course n’est pas très enviable. Chaque année, 18 000 compétiteurs potentiels naissent en France. On produit bien plus que la demande et on élimine sans scrupule les moins performants.

    poulain du net

    Le poulain qui doit naitre impérativement en début d’année, sera sevré à 6 mois. Le lait maternel, complémenté les premiers mois, est totalement remplacé au sevrage par des nutriments qui vont assurer une pousse rapide. En quelques mois, le foal se transforme au point que lorsqu’il passe dans la catégorie yearling, au 1er janvier de l’année qui suit sa naissance, il ressemble plus à un poulain de 3 ans qu’a un poulain de l’année !

    Il ressemble mais n’a pas la solide structure osseuse d’un poulain « normal » de 3 ans.

     

    C’est uniquement le souci de rentabilité qui l’impose ! L’éleveur de chevaux de course est soumis à la loi du genre car dès le 18éme mois, le yearling est mis au boulot. Il est ferré et est équipé d’embouchures sévères dès qu’il sort ! Il apprend à recevoir une selle et à supporter le poids du cavalier ou à être attelé.

    A ce stade, on imagine facilement ce que vont endurer les articulations et les attaches tendineuses qui, elles, n’ont pas eu le temps de suivre la croissance musculaire accélérée. L’ensemble de la chaine tendineuse d’un cheval met sept ans pour être opérationnelle…

     

    Sélection par élimination directe :

    A 2 ans, les poulains sont pris en charge par les entraineurs. Tous les poulains ne réussissent pas leur passage dans les usines d’entrainement. Les moins performants, c'est-à-dire 80% de la production sont envoyés au rebut !

    Le stress ambiant est à la mesure des enjeux financiers dont l’acteur principal, le cheval, est instrumentalisé. L’homme est prêt à tout et n’importe quoi pour gagner ces fameuses courses.

     

    Le cheval de course est déchu de sa condition d’individu et rangé sans questionnement dans la case « investissement financier ». Ce statut en fait un objet qui va être soumis à une obligation de résultat. Et pour arriver au but, tous les moyens sont bons, même les plus ignobles.

    chevaux de courses

    Une destruction systématique et irréversible :

    Placé dans un quotidien de vie pénalisant pour son corps, le poulain va, tout au long de sa courte carrière, « lâcher de partout ». Les poulains ferrés (avant même que la boite cornée ne soit dans ses cotes), montés et mis à l’effort trop jeunes, ont donc des pathologies dorsales et développent des pathologies articulaires et tendineuses souvent irréversibles. Ces désordres sont réduits par l’administration de produits qui sont classés comme étant thérapeutiques, alors qu’en fait ils s’apparentent à du dopage.

    Soumis à des cocktails plus ou moins heureux, il arrive régulièrement que le poulain meure d’arrêt cardiaque.

    Plus de la moitié des chevaux de courses mis au rebut le sont pour des problèmes locomoteurs.

    Un cheval qui n’est pas assez performant durant les épreuves qualificatives, est dit « réformé ». Il l’est donc entre 1 an et 6 ans.

     

    A savoir :

    Soyons sûrs d’une chose, au-delà de l’habile présentation qui voudrait nous faire croire que les chevaux réformés sont adoptés, nous confirmons que la plupart se retrouvent chez l’équarisseur ou l’engraisseur, qui va faire gagner du poids aux réformés avant le couteau.

    80% des chevaux abattus en France sont des trotteurs de moins de 10 ans, 20% sont des poulains de moins de 2 ans.

     

    Cheval de trait, cheval de trot ou de trop ?

    Dans leurs statistiques officielles tous les chevaux mis à la boucherie sont classés comme étant « cheval de trait ». Ils font ainsi croire aux amoureux des chevaux que seuls les chevaux lourds sont mis à l’abattoir. La réalité est tout autre.

    Pour éviter la destination bouchère aux chevaux de courses, des associations bénévoles essaient de lutter en tentant de récupérer des fonds pour prendre en charge les chevaux réformés.

    Mais comment offrir une seconde chance à 19 000 chevaux par an ? C’est impossible !

     

    D’un coté, un chiffre global de 10 milliards d’euros généré par les courses de chevaux, de l’autre 1/50 000ème accordé à la retraite des plus chanceux. Ils cotisent fort sur les champs de courses mais ne voient pas la couleur de leur investissement en « points retraites » !

    Les autorités tentent de réduire les naissances en offrant pour les trotteurs une prime de 2500€ aux éleveurs qui ne font pas saillir leur jument. L’éleveur touche la prime et envoie son animal devenu improductif à l’abattoir.

    On peut donc dire que les sociétés des courses sont en réalité des sociétés d’amélioration de la boucherie chevaline…

    chevaux de courses 2

    Les coulisses des courses :

    On peut les définir comme musée des horreurs:

    Les rênes sont équipées de pointes qui entrent dans l’encolure, pour forcer le cheval à s’incurver, les mors incroyables avec appui sur le palais pour éviter au trotteur de se mettre au galop, les picots sur la muselière…

    La liste est longue, l’imagination fait rage à tous les étages d’intervention.

    Sur les gradins, le public vibre, se lève, exulte. Les tiroirs caisses ventilent la monnaie. Tout le monde y trouve son compte. Les parieurs rêvent, l’Etat encaisse, les jockeys soignent leurs egos, les entraineurs se prennent pour des hommes de chevaux, les vétérinaires expérimentent leurs potions magiques, les sociétés de pari se régalent…et les chevaux qui n’ont rien demandé encaissent physiquement et mentalement dans le silence.

     

    Dans le monde des courses, il y a peu de respect pour les chevaux !

     

    Source : Magzine planete cheval au naturel (nov, déc 2010 et janv 2011) + photos du net

    « InfosLe pansage »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 14 Janvier 2011 à 17:27
    valy

    je sais malheureusement tout cela, et je m'élève régulièrement contre mes connaissances qui jouent au PMU, la "sale boîte"...

    les chevaux que je monte sont 2 trotteurs et une galopeuse "éliminés" du circuit...

    il a fallu les réeduquer mais ils sont maintenant des chevaux vifs, certes, mais tellement affectueux...

    bisous

    2
    Vendredi 14 Janvier 2011 à 19:55
    Annick

    Bien triste mais très intéressant pour les gens comme moi qui n'y connaissent rien aux chevaux. Je ne regarderai plus un cheval de course de la même façon. Et pourtant même sans fréquenter les champs de course, loin de là, je les trouve magnifiques.

    3
    Vendredi 14 Janvier 2011 à 22:26
    Béa

    et quand tu en parles, on ne te croit pas !

    triste réalité et personne ne fait rien !

    douce soirée à Poupoutland

    4
    Lundi 17 Janvier 2011 à 12:57
    Béré

    Ma 1ère jument, PS vient de ce monde ... heureusement que son ancienne propriétaire a voulu mieux pour elle et me l'a revendue.

    Elle est bien sure boiteuse et était à son arrivée chez nous traumatisé par les hommes.

    Ma fifille coule des jours heureus avec nous et n'est plus monté depuis très longtemps.

     

    5
    Mardi 18 Janvier 2011 à 09:53
    laurence Augais

    Merci pour cet article.
    Beaucoup de personnes, naïves et/ou mal informées restent encore perduadées que les professionnels des courses, entraineurs, éleveurs, jockeys et autres, sont des "hommes de chevaux", des "amoureux des chevaux"...
    Où est l'amour? Ou est le respect? Le cheval n'est ici qu'un moyen de faire du fric.
    Cet article est donc à faire suivre largement.

    6
    Lundi 24 Janvier 2011 à 17:27
    Douar_Nevez

    C'est vraiment horrible, je n'avais jamais pensé que cela puisse être comme ça.

     

    7
    Samedi 29 Janvier 2011 à 22:09
    rainbow186

    a les courses on pourrait en dire bcp et un article bien vrai :-(

    j'ai vu deux choses dans les courses

    les ventes de deauvile pour les galopeurs oui c sur il sont poussé aux hormones dés leur jeunes age les pulainns pour ses ventes pour pas qu'il bouge on leur administre discretement des calement pour qu'il parade sans bougé devant les futur acheteur je l'ai remarqué en observant autour de moi se que faisait les lads d'autre leur donné des phéromones (j'ai perdu le noms du produits) pour les gardé calme enfin passons. quand on regarde ses poulains marché ils ont été tellement poussé que les tendons sont laxe c'est dire que quand le poulains marche le boulet descent plus bas qu'il devrait et tire sur le tendons. je suis revenu de ses trois jours la bas dégouté on y croise que des étranger donc anglais oblige et que des mecs peté de tune qui pense qu'a faire du placement dans un futur champion

    et a coté de tous sa j'ai visité un écurie de trot (un gros élevage et grosse écurie) ou les chevaux était bien traité une superbe piste de qualité desbox nickel on est rentré dans la sellerie oui des embouchure sévère mais pas de barbarie les chevaux n'avait aucune trace de marmarie parce que des pointe sur des rene ou guide laisse des traces sur le cheval (après je dis pas qu'il utilise pas des truc bizarre )

    enfin c l'argent qui mène le tous et c'est sa le plus triste c'est le cheval qui devrait primé

    8
    carole
    Mardi 6 Mars 2012 à 14:47
    carole

    Je crois avoir lu ce texte ou son équivalent. Ça me fait le même effet, ça me fait mal, ça me dérange...Un Investissement  qu'on pousse au-delà des limites. C'est cruel et ils ne peuvent pas tous avoir une retraite.

    Le beau petit poulain au début du texte ne sais pas ce qui l'attend!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :